Solutions

Si le mégot a été choisi pour ce défi, c’est aussi parce que c’est une forme de déchet contre laquelle on peut lutter. Certes, il n’y a pas toujours des infrastructures adéquates à proximité du lieu « où on s’en grille une ».

Avant de parler des solutions, il est intéressant de comprendre pourquoi le mégot finit si souvent à terre.

  • Comme nous l’avons vu, il manque des infrastructures à certains endroits clés comme les abris bus, sorties de lieux de travail ou d’étude, sorties des bars, etc.
  • Le mégot est petit, on pense à tort que ce n’est pas un déchet ou que ça n’aura aucun impact (FAUX). Puis, on pense qu’il sera vite caché, donc on a moins de scrupules à le jeter. Aujourd’hui, on ne jetterait pas un sac plastique par terre alors qu’un mégot ne nous pose pas toujours problème. Pourtant, les deux sont des déchets et ont des impacts négatifs.
  • La présence d’autres mégots incite fortement à se débarrasser du sien au même endroit.
  • Le geste « d’envoyer valser » son mégot fait un peu partie du rituel pause clope. C’est devenu quelque part, un geste systématique, quasi inconscient qui explique parfois pourquoi alors même qu’il y a un cendrier ou une poubelle le mégot finit ailleurs.
  • On manque d’informations sur le véritable impact du mégot.
  • Le mégot a tendance à déranger de par son odeur, sa difficulté à être transporté si on ne possède pas de réceptacle approprié. Et enfin pour certaines personnes, il rappelle cette habitude dont on n’est pas toujours fier. Quelque part dans l’imaginaire du fumeur, les mégots sont plus choquants sur soi qu’au sol, donc il faut vite s’en débarrasser.

Le rituel du mégot : comment en sortir ?

Lorsqu’on observe les raisons énumérées ci-dessus, on se rend compte qu’il y a un manque d’information et une habitude, voire un rituel autour du jet de mégot. Mais, ce sont des faits auxquels on peut remédier.

Il s’agit donc de communiquer davantage autour de cette problématique. Pour le Mégot Défi, une des solutions principales et un des buts du projet est la prise de conscience. C’est par la compréhension que l’on peut parvenir à un changement. Pour comprendre, il faut être informé (nous vous invitons à lire le dossier à ce propos).

Il serait intéressant que les industries manufacturières de tabac s’engagent davantage dans cette voie. Elles travaillent beaucoup à l’information concernant la santé et au développement durable mais généralement le message concernant le mégot est inexistant.

 

Ce que l’on peut déjà faire :

Après, bien sûr, on souhaiterait plus de mobilier spécifique pour recevoir les mégots. C’est une action qui est moins de notre ressort, nous simples citoyens. En revanche, on peut déjà profiter des poubelles existantes. Dans le meilleur des cas, elles sont équipées d’une grille pour éteindre facilement son mégot et le jeter ensuite dans la poubelle. Sinon, nous vous proposons un petit numéro d’unijambiste (vous allez attraper rapidement le coup de pied), pour éteindre votre cigarette sous votre chaussure puis le jeter ensuite. Au bon endroit.

Si votre bar préféré n’est pas équipé, pourquoi ne pas demander au patron de s’en procurer un. Les avantages :

  • Il n’aura peut être plus le tapis de mégots devant l’entrée de son bar.
  • S’il est à Paris, la pose de cendrier mobile est désormais exonérée de droit de voirie. Tout exploitant, peut donc installer un cendrier mobile devant son établissement en respectant certaines conditions.*

 

Le réflexe du cendrier de poche :

Sinon, prenez l’initiative et équipez-vous ! D’autant plus que la plupart des jets de mégots s’effectue quand la personne est en mouvement et donc ne rencontre pas toujours sur son chemin de réceptacles appropriés.

Il existe des solutions vraiment intéressantes, peu coûteuses et durables qui vous permettront de ne plus abandonner vos mégots sur la voie publique ou lors de vos sorties nature.

Le coup de cœur du Mégot Défi : c’est le cendrier SoWat (de l’acronyme, « Smoke only with an ashtray » qui signifie fumez seulement avec un cendrier). C’est un cendrier unique au monde puisqu’il fusionne avec le paquet de cigarette, vous ne pouvez donc pas l’oublier. Pratique, esthétique et efficace, il peut contenir de 10 à 12 mégots grâce à un tiroir coulissant (pas besoin d’écraser votre mégot, une fois le tiroir refermé, le mégot s’éteindra seul par privation d’oxygène.) Il est produit à partir de matériaux recyclés et sa fabrication associe des travailleurs handicapés. Il existe différents modèles, vous trouverez donc sûrement celui qui vous plait. Enfin, pour l’été 2011, SoWat  sort un nouveau modèle, encore plus performant et une boutique ouvrira à Paris près du Trocadéro.

En attendant, je vous propose d’aller sur le site www.cendrier-de-poche.fr

L’agence Nomad Attitudd’ est unique en son genre car c’est le seul spécialiste en France du cendrier portable. Il regroupe donc une dizaine de cendriers différents, dont fait partie SoWat, chacun ayant sa propre identité, adaptée à vos besoins et à la situation. De plus, l’agence Nomad Attitudd’ s’engage dans une démarche sociale et éthique. La traçabilité de chaque produit est clairement mise en avant, les produits ont une empreinte carbone minimisée.

Parmi tous ces modèles, vous êtes sûr de trouver votre bonheur !

Enfin, Nomad Attitudd’ associe une démarche communicationnelle : entreprises n’hésitez plus. Vous pouvez commander des cendriers et y faire inscrire un message publicitaire ou mieux des informations de sensibilisation. L’agence se charge aussi bien de la création graphique que du marketing opérationnel.

Rendez vous à l’adresse : nomad-attitudd.fr

 

Tirer la sonnette d’alarme :

Sinon, j’insiste, car pour le Mégot Défi c’est la clé de voûte de l’édifice. C’est par le dialogue et la compréhension du problème que l’on parviendra à une solution globale. Il ne s’agit pas d’empêcher les fumeurs de fumer, ni de les harceler mais de susciter une prise de conscience nécessaire autour du jet de mégot.

Ce qui pourra déboucher sur :

  • Un encouragement des régions, villes et autres pouvoirs publics à mener des actions telle que la pose de mobilier urbain supplémentaire.
  • Une enquête sur le coût réel qu’induit le jet de mégot (nettoyage, entretien, eau potable, canalisations, etc.) et qui pèse sur les contribuables.
  • L’incitation faite aux exploitants de commerce à installer des cendriers extérieurs.
  • La sensibilisation auprès des médias pour qu‘ils s’emparent du thème.
  • Le développement de la recherche car il manque encore beaucoup d’études sur l’impact des mégots dans l’environnement notamment sur les substances chimiques entrant en jeu.
  • L’incitation faite aux industriels du tabac à inscrire davantage un message sur leur paquet de cigarette concernant le mégot.

 

Si vous ne fumez pas, vous pouvez quand même agir en sensibilisant autour de vous. Pensez aux cendriers de poche comme petit cadeau innovant et alternatif. Parlez-en autour de vous, communiquez les liens internet.

Cette sensibilisation peut se faire dès le plus jeune âge. D’autant plus, que de nombreux jeunes fument et que la sortie des lycées et des facultés reflète la triste réalité du mégot.

Un bon outil de sensibilisation, c’est la collecte justement. On peut organiser une collecte de mégots ou de déchets en général (vous allez vite vous rendre compte que le mégot y tient une place particulière). Dans votre quartier, dans votre village ou dans la nature, ce sera un geste bénéfique et généreux pour tous et un apprentissage essentiel. C’est aussi un merveilleux outil pour les enfants, car ils sont très réceptifs et la collecte agit généralement comme une véritable prise de conscience !

 

Les modes changent, si hier c’était plutôt stylé d’envoyer valser son mégot par terre on peut faire en sorte qu’aujourd’hui et demain ce soit ringard.

 

Maintenant, je m’adresse à vous, car c’est ensemble que l’on peut faire bouger les choses. SI vous avez des idées, des propositions ou autres n’hésitez pas, la page « Réactions » vous est dédiée !

 

* Pour voir les conditions de pose d’un cendrier à Paris